1. Présentation

La première chanson, Kumikyoku Yoshitsune Akki Hôgan1, me tient à cœur. Tout d’abord, intéressée par l’histoire, j’ai étudié la période de la guerre de Genpei* (1180-1185)2. J’ai pu lire Yoshitsune3, qui décrivait ce que les récits de guerre plus officiels ne racontaient pas : la vie de Minamoto no Yoshitsune.

L’absence de données historiques sur son compte, hors la période où il écrasa les Heike pour son frère aîné, Yoritomo, a grandement contribué à laisser place à la fiction. Depuis la façon dont il apprit les arts de la guerre jusqu’à sa mort dans une province du nord, tout a été romancé : son parcours fantastique où des Tengu* lui enseignent la stratégie, son combat épique contre un Goliath du nom de Benkei, qui deviendra son plus fidèle serviteur, ses conquêtes amoureuses, l’admiration qu’il génère chez ses hommes, ses péripéties pour échapper à Yoritomo, auprès duquel il est tombé en disgrâce… Le mystère qui l’entoure a été justifié par une abondante fiction et le personnage historique, sous la plume insatiable des artistes, est devenu une légende.

A mon intérêt personnel s’ajoutent plusieurs raisons matérielles. D’abord, la complexité de la pièce, car comportant des éléments de bungo. Ensuite, il s’agit d’une chanson aux nombreuses références. Cela implique donc d’accumuler un certain nombre de connaissances pour en comprendre le sens. Ayant déjà travaillé sur le sujet, c’est une occasion d’approfondir lesdites connaissances et de les utiliser dans un cadre pratique.

De plus, il existe un clip associé à cette chanson. Celui-ci présente le groupe sur une scène typique de nô, cheveux au vent, pratique relativement courante dans le monde du metal. Sur cette scène, deux personnages, dont le principal porte un masque hannya*, donc de fantôme. C’est une référence à un type de nô où il y a apparition d’un être de l’au-delà, de son vivant ayant participé à une guerre, et connu du spectateur pour ses exploits : les nô dits « de guerrier ».

Je souhaite faire du sous-titrage mon métier. C’est donc une occasion de travailler sur un support audiovisuel dans un cadre formateur.

1Onmyo-za 陰陽座, op. cit.
2Annexe p.7
3Yoshitsune: A Fifteenth-century Japanese Chronicle, trad. Helen Craig McCullough, Stanford, CA, Stanford University Press, 1966, 394 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>